Urgences

Urgences orthodontiques

Il n’existe pas d’urgence grave en orthodontie et ce ne sont bien souvent que des gênes ressenties par le patient, suite au décollement d’un bracket ou par la présence d’un fil qui pique dans la joue. En cas de problème, le patient doit téléphoner à notre cabinet afin qu’une des assistantes puisse prendre connaissance du problème et le rassurer ou, le cas échéant, lui fixer un rendez-vous le plus rapidement possible afin qu’il soit vu par l’orthodontiste. Si vous êtes en vacances, ou que nous ne sommes pas joignables, prenez contact avec un confrère(sœur) orthodontiste ou chirurgien-dentiste qui pourront vous aider également. (Vous pouvez aussi téléphoner à la faculté de chirurgie dentaire de Strasbourg).

Dans la plupart des cas, le patient ou ses parents peuvent régler l’urgence chez eux à la maison en utilisant les moyens du bord. Certains ustensiles de la vie de tous les jours peuvent être détournés de leur fonction d’origine pour traiter certaine urgences, nous le verrons dans les paragraphes qui suivent

L’apparition de douleurs après la pose d’un appareil

Les dents peuvent devenir sensibles dans les heures qui suivent la pose d’un appareil d’orthodontie. Il ne faut pas s’en inquiéter, c’est normal. Ces douleurs apparaîtront principalement au cours des repas lorsque les dents sont sollicitées au cours de la mastication. Pour les prévenir, on peut à la fois prendre des médicaments anti-douleurs (antalgiques) et prévoir des repas qui ne sollicitent pas ou peu les dents (pâtes, purée, viande hachée, poissons, compotes, yaourts…). Certains fils que nous utilisons sont sensibles aux variations de température, ainsi nous vous conseillons de boire assez froid afin de diminuer la tension du fil dans les premiers jours du traitement. Quoiqu’il en soit, ces douleurs céderont progressivement dans un délai de 2 à 3 jours, au bout d’une semaine vous aurez totalement oublié votre appareil.

Irritations des joues, des lèvres ou de la langue

Les appareils que nous posons créent un relief en bouche et peuvent par frottements répétés engendrer une irritation mécanique telle une ampoule qui apparaitrait au talon après une longue marche. On a ainsi la même perception douloureuse que celle d’un aphte. Il ne faut surtout pas s’inquiéter, cette phase d’adaptation est normale, il suffit de se munir de la cire orthodontique fournie dans votre trousse  et d’appliquer une petite boulette de cire sur le bracket qui vous gène. N’oubliez pas, au préalable de bien sécher votre bouche en inspirant fort entre vos dents ce qui permettra de faciliter la tenue de la cire sur les brackets. Il en va de même pour les brackets collés sur la face interne des dents (technique invisible) où la langue peut aussi être irritée. Cette cire n’est pas très collante et peut assez facilement se détacher, il faut donc renouveler son application régulièrement en attendant que la zone de frottement guérisse. Lorsqu’un fil pique au niveau de votre joue, à l’arrière de la dernière attache, de la cire peut y être également appliquée. Parfois cette zone est trop humide à cause de la salive, dans ce cas il est judicieux d’enrober l’extrémité irritante avec du coton, cela tiendra mieux.

Attache décollée

Il peut arriver qu’une attache se décolle de la dent à la suite d’un choc mais aussi au moment d’un repas lorsque le patient croque sur un aliment trop dur. Ceci n’est pas grave, surtout si le prochain rendez-vous est proche. On retrouve deux cas de figure :

  • L’attache décollée se trouve entre deux autres attaches, la gène n’est pas importante, le bracket coulisse sur le fil, il arrive même parfois que le patient ne s’en rende pas compte. On peut protéger la  zone par de la cire.
  • C’est la dernière attache de l’arcade qui s’est décollée et bien souvent elle coulisse en arrière et sort du fil et le patient la perd. Dans ce cas, le fil est libre à l’arrière et peut rentrer dans la joue, il est nécessaire de téléphoner au cabinet afin de couper ce fil ou de recoller une nouvelle attache.

Si le patient est en vacances ou en WE, il est facile de couper ce fil en se servant du manche d’une cuillère pour écarter la joue et d’un coupe-ongle pour sectionner le fil à l’arrière de la dernière attache.

Perte de ligatures ou ligature piquante

Il peut arriver de perdre une ligature (dispositif permettant de maintenir le fil sur le bracket), ceci sera sans conséquence sur le traitement car elle sera remplacée au prochain rendez-vous. Cependant, le patient peut être gêné par la partie piquante d’une ligature métallique (le toron) saillante en regard de la lèvre ou de la joue (en tant normal, elle est recourbée autour de l’arc le long de l’attache). Il est relativement aisé de replier soi-même ce toron en s’aidant soit de son ongle, d’une pince à épiler ou mieux,  de la gomme que l’on retrouve parfois sur certains crayons de papier.  Si le problème persiste, recouvrir la zone avec de la cire et téléphonez  à notre secrétariat.

Disjoncteur bloqué ou descellé

Le disjoncteur est un appareil inamovible que l’orthodontiste fixe en bouche par l’intermédiaire de deux bagues scellées sur les premières molaires supérieures. Cet appareil sert à faire de l’expansion en écartant la suture maxillaire. L’extrémité de la clé doit être insérée dans un petit trou, puis en réalisant un mouvement circulaire d’avant en arrière,  les parents activent  une vis qui va avoir une action d’expansion sur le palais. Le disjoncteur sera activé deux fois par jour durant 8 à 14 jours. Lorsque le mouvement  n’est pas réalisé jusqu’au bout, le prochain trou ne sera pas totalement visible et rendra la prochaine activation impossible. Dans ce cas, il faudra reprendre l’ancien à trou à l’aveugle (il est situé hors de portée de la vue) et continuer le mouvement. Cela peut prendre un peu de temps mais c’est le seul moyen pour arriver au résultat. Si vous n’y arrivez pas, prenez contact avec notre secrétariat qui vous donnera un rendez-vous rapidement au cabinet.

Traumatismes suite à un choc

En cas de traumatisme dentaire consécutif à une chute ou à un choc, prenez immédiatement contact avec un orthodontiste ou un dentiste.

S’il y a expulsion d’une dent définitive, le geste d’urgence consiste à récupérer la dent, sans la nettoyer, et à la conserver dans du sérum physiologique ou du lait (sinon la conserver en bouche dans sa propre salive). La réimplantation, si la dent est intacte, devra se faire le plus rapidement possible. L’idéal est que cette intervention ait lieu dans les deux heures après l’expulsion.

S’il n’y a pas eu d’expulsion mais un déplacement des dents permanentes , le geste d’urgence consiste, à chaud, à les replacer correctement avec la pression des doigts.