Les patients porteurs de fentes labio-palatines

Communément appelées « becs-de-lièvre », les fentes labiales assorties ou non d’une fente palatine sont les malformations cranio-faciales les plus fréquentes chez l’homme, représentant environ une naissance sur 700 en France. Leur origine provient d’un défaut de fusion des bourgeons faciaux au cours du développement embryonnaire. Pouvant varier d’une forme simple à une forme complète, leur prise en charge réparatrice est pluridisciplinaire, faisant appel aux soins de chirurgiens, d’orthodontistes, d’orthophonistes, d’ORL, ou de psychothérapeutes.

Concernant l’orthodontiste, deux phases de traitement sont concernées

  • L’orthopédie dont le but est de traiter les anomalies osseuses susceptibles de porter atteintes à la croissance de la face ou des arcades dentaires et de nuire aux fonctions orales et nasales.
    Après la naissance, les premières interventions chirurgicales ont permis la fermeture de la fente au niveau de la lèvre, de la gencive et du palais. Par contre, la continuité osseuse maxillaire n’a, à ce stade, pas encore été rétablie. Selon le protocole retenu par l’équipe pluridisciplinaire de Strasbourg, une greffe est réalisée quand l’enfant est âgé de 4 à 6 ans. Cette intervention ne peut être réalisée que si la forme de l’arcade maxillaire correspond à celle de l’arcade mandibulaire. Il peut être nécessaire de la corriger à l’aide d’un appareil d’orthopédie qui a un effet direct sur les bases osseuses. Cette préparation est particulièrement efficace plus l’enfant est jeune. En cas de fente bilatérale, la préparation est identique mais deux interventions de greffe osseuse sont réalisées à 6 mois d’intervalle.
  • L’orthodontie dont l’objectif est de corriger les anomalies dentaires (anomalies de nombre, de position, de forme ou d’éruption).
    Comme tous les autres traitements d’orthodontie, la correction se fait classiquement à l’aide d’attaches (ou brackets) collées sur les dents en veillant à faciliter l’éruption des dents bordant l’emplacement initial de la fente. De façon systématique, il faut essayer d’éviter les extractions pour préserver une arcade maxillaire la plus large possible.

La prise en charge par la sécurité sociale des traitement d’orthodontie des enfants porteurs de fentes labio-palatines est valable quelque soit l’âge du patient. A la différence des autres patients, il n’y a pas de limite fixée à 16 ans. La cotation pour une année de traitement correspond à un TO 200.

Site officiel de l’Association francophone des fentes faciales : www.fente-labio-palatine.fr